Samedi ! Jour de chronique paloise sucrée/salée.

Casting. Ce qu’il y a de plaisant dans mes déambulations en ville, lors des étapes « Nos quartiers palois », ce sont les rencontres impromptues. Voilà comment, sans avoir prévu cet échange, j’ai croisé, rue Carnot, un élu de la majorité municipale. Il a des choses à me dire…tout en me demandant de ne pas citer son nom. Je connais cela. Combien sont celles et ceux qui, à Pau, au cours de la dernière période, ont « des choses à me dire, à m’apprendre… », qui m’encourage « à le faire savoir »…tout en me demandant de ne pas préciser la manière dont « j’ai obtenu l’info ». Je dois l’avouer, cela est souvent un peu lourdingue. Nous ne sommes pas non plus à Chicago. Le système Bayrou est-il si menaçant ? Je ne le crois pas. Certes, cela peut se tendre – j’en ai fait personnellement l’expérience lors de conseils municipaux orageux – mais, en rentrant chez moi, je ne me retourne pas pour vérifier si je suis suivi ou pas !!!
Je ne vais donc pas faire ici le récit des confidences de cet élu de la majorité municipale qui en avait très gros sur le cœur. Un immense chagrin, essentiellement provoqué par l’appréhension de ne pas être sur la liste Bayrou pour les prochaines élections municipales. « Et je ne serai pas le seul »…avec des précisions sur les autres « répudiés » et déjà les probables entrants. Tout cela me semble surréaliste d’autant plus que je viens de passer une demi-heure avec le pharmacien de la rue Carnot qui, lui, n’est pas sur le casting des prochaines municipales mais sur des questions très concrètes.

Pétition. Une info, publiée ce jour dans « La République des Pyrénées », a retenu toute mon attention. Je découpe. J’archive. C’est du lourd. Elle va, à n’en pas douter, changer la manière de procéder dans cette ville. Lors d’un forum citoyen, le maire vient d’encourager les habitants à « pétitionner » pour obtenir une réponse favorable de la mairie. « Si vous nous faites une pétition, je vous promets d’intervenir…demandez-le moi et s’il y a suffisamment de signatures, je serai heureux qu’on puise le faire » indique F.Bayrou. En l’occurrence, il s’agit d’encourager la tronçonnite dont il raffole. Mais qu’importe, conservons l’idée principale : une pétition citoyenne peut faire évoluer la politique municipale. Cela me donne une idée précise…à suivre.

Quartier du Château. Hier soir, comme je le fais de temps en temps en fin de semaine, j’ai retrouvé les amis du quartier du château où je réside. C’est un « petit village », moins d’un millier d’habitants, avec des figures, des personnages, les habitués des terrasses des cafés. Au spot « Vintage », les copains veulent avoir mon sentiment sur l’actualité « Mélenchon ». On en parle mais j’ai aussi envie de parler d’autre chose…jusqu’à ce que la discussion revienne sur « Méluche ». Puis, dans la discussion, une personne exprime ceci : « il faut essayer d’être heureux dans sa vie, profiter des bons moments, prendre soin des gens que l’on aime. Il y a trop de tensions…. partout….tout le temps ». Elle a réussi, en rappelant cette vérité, à perquisitionner en douceur nos cœurs et nos âmes. Merci à elle.

WE palois. Repos, lecture, cinéma. Demain matin, le petit marché de la place Gramont. Lundi matin, de 9H à 10H30, je serai en direct sur Cnews pour participer à un débat sur l’actualité du jour. Pour illustrer mes propos, mes réactions aux évènements médiatiques d’une journée, il m’arrive souvent d’évoquer mon action locale, de parler de Pau. Sans jamais recevoir, en retour, les félicitations du service communication de la ville. Quelle ingratitude…

About Author

Connect with Me:

Leave a Reply