Rassembler le plus large sur une seule et unique question : l’avenir de la France .

Ce soir, en annonçant qu’il ne se présenterait pas à la prochaine élection présidentielle, F.Hollande a en fait reconnu l’échec de son quinquennat. Le seul regret qu’il exprime concerne la déchéance de nationalité. La vérité est qu’il ne pouvait pas assumer une nouvelle candidature avec un paysage aussi apocalyptique pour lui et ses derniers soutiens.

Quels enseignements tirer de ce nouveau coup de tonnerre. J’en vois un premier. Essentiel pour la suite. On ne peut pas impunément renoncer aux valeurs de gauche et trahir des engagements de campagne au nom du changement, après 10 ans avec la droite au pouvoir, sans en payer le prix.

Il n’y avait pas le moindre « trou de souris » pour Hollande et le maître du temps élyséen a vu, inexorablement, l’heure de sa chute arriver. Les trois coups ont sonné ce soir tout juste après 20 heures. Et il en sera de même pour Manuel Valls.

Il s’agit aujourd’hui de regarder de l’avant. Nous n’avons pas le temps de refaire la chronique douloureuse de ce quinquennat, de cet immense gâchis.

Nous avons l’énergie et l’audace d’opposer à Fillon et à l’extrême-droite une alternative de gauche et de progrès . Avec la candidature de Jean-Luc Mélenchon et des communistes qui travailleront au rassemblement le plus large sur une seule et unique question : l’avenir de la France .

About Author

Connect with Me:

Laissez un commentaire