Rapport Spinetta : bien prendre la mesure du danger. Quel avenir pour les lignes Pau – Oloron et Bayonne – Saint-Jean-Pied-de Port ?

Le rapport rendu hier par Jean-Cyril Spinetta, sur « l’avenir sur l’avenir du transport ferroviaire » représente une attaque sans précédent contre le service public ferroviaire.

Fermeture de lignes, transfert de personnel aux entreprises privées, ouverture à la concurrence …  Les 43 préconisations poursuivent un double objectif : la destruction totale du rail public français et sa soumission à l’économie de marché.

Avec la volonté affichée de supprimer plus de 9000 kilomètres de lignes, au motif qu’elles nécessiteraient des d’investissements « non justifiés du point de vue socio-économique », le rapport met en péril un principal fondamental du service public ferroviaire. À savoir l’égalité d’accès au transport, quel  que soit son lieu de résidence sur le territoire.  À charge,  pour les régions, de reprendre ou non ces lignes. De leur côté les régions ont déjà répondu par la négative.

En faisait le choix de préconiser la filialisation de fret SNCF, et alors que la question écologique représente une urgence absolue, le rapport Spinetta encourage la multiplication des camions sur les routes au détriment des trains de marchandises. Un non-sens absolu à l’heure de la lutte contre le réchauffement climatique.

En Pyrenées-Atlantiques, deux lignes sont dans le viseur du rapport Spinetta : Pau – Oloron et Bayonne – Saint-Jean-Pied-de Port. Affirmer que ces lignes pourraient être supprimées, car elles ne revêtent pas un caractère socio-économique prioritaire, relève d’une méconnaissance totale de nos territoires.  Ces lignes sont utiles aux populations et aux territoires, elles permettent de vivre et travailler au pays.  Leur intérêt est social et écologique !

Face à cette volonté de destruction de notre bien commun qu’est le service public ferroviaire, engageons une nouvelle bataille du rail face à Macron et sa majorité.

About Author

Connect with Me:

Leave a Reply