Paroles d’habitants du quartier de l’Ousse-des-Bois.

Vendredi matin, accompagné de trois camarades de la section du PCF, je suis allé à la rencontre des habitants du quartier populaire de l’Ousse-des-Bois à Pau.

Suite à ces premiers échanges, nous avons décidé d’organiser une réunion publique, le samedi 3 mars à 17H. Ce quartier, qui est redevenu calme après des années plus difficiles, a été retenu par le ministre de l’intérieur parmi les 30 premiers quartiers qui disposeront d’une « police de sécurité du quotidien ». Lors de la présentation de ce dispositif, G.Collomb a parlé de quartiers pour une « reconquête républicaine ». On y retrouve Trappes, les Tarterêts à Corbeil_Essonnes, le Mirail à Toulouse, les quartiers Nord de Marseille. Deux quartiers de Pau ont été ciblés, Ousse-des-bois et le quartier Saragosse, ce qui est véritablement incompréhensible pour presque tout le monde ici, localement, à l’exception de F.Bayrou, ravi d’une telle décision. J’ai alors posé publiquement la question des critères qui ont prévalu pour établir cette première liste…Pas de réponse à ce jour.

Voici ce qu’en pensent les personnes rencontrées vendredi, des retraités, des jeunes, des commerçant, des gens croisés au cours de notre promenade dans le quartier. Je commence par une annecdote. Un ado me disant « quand on va à Pau ». Pourtant, nous sommes dans Pau. Je le fais remarquer à mon interlocuteur. Il répond par un sourire. Pour lui, « Pau », c’est le centre ville. « Ici, il n’y a rien pour nous… » Voilà la vraie question, non ? Il ne s’agit pas que d’un sentiment de « relégation spatiale » comme je peux parfois le lire mais d’une réalité, celle d’être « assigné à résidence ».

Voici ce qui a été exprimé vendredi matin. Je le retranscris tel quel. Paroles brutes. Paroles de vie, bien loin de la communication municipale, d’un lieu où les habitants rencontrés n’ont pas vu le maire depuis son élection, où les demandes sont très concrètes, avec, en tête des attentes, une question au dessus de toutes les autres : des emplois, une activité pour les jeunes du quartier.

« Il n’y a plus de salle de boxe – ils ont laissé les jeunes, les ont abandonnés – les jeunes n’ont pas de boulot. Et puis le stade n’est plus accessible. (ASOP et Foot) Il faut une salle pour les jeunes et une pour les plus vieux. Il n’y a plus rien ».

« La police annoncée par Bayrou : cela va être la « guerre », ça peut réveiller le mal, alors que le quartier est calme ».

« On m’a augmenté la CSG de 50 euros. C’est injuste, déjà que je n’ai pas beaucoup…Vous devriez organiser une réunion publique et ne pas venir simplement sur le parking ici. »

« Des jeunes restent dans l’entrée de notre immeuble, c’est souvent pénible. Cela fait 3 ans que nous demandons la réparation de la porte d’entrée à la Béarnaise Habitat mais ils ne se bougent pas. Les personnes âgées ont peur, des jeunes foutent le bordel, salissent. Il leur faut une salle pour se réunir au lieu de rester aux pieds des immeubles. Sinon ça crée des tensions. »

« C’est n’importe quoi pour la Police. Il n’y a plus de clubs pour les jeunes dans le quartier. Plus de MJC, quartier Saragosse, c’est bien ce qu’ils ont fait pour la MJC , ici c’est nul . Nous n’avons pas de salle pour nous réunir. »

« Il y a beaucoup de chômage, moi j’ai abandonné l’école, beaucoup de jeunes sont dehors dans le quartier car ils n’ont pas de boulot. On voit les élus pendant les élections et puis plus rien. C’est bien que vous veniez nous voir. Je le dirai aux copains pour venir à la réunion. »

« Pour la police ça va automatiquement entrainer des frictions. J’espère qu’ils ne seront pas méprisants, en nous contrôlant 10 fois par jour. Ça va… »

Un monsieur extérieur au quartier : « Je viens souvent ici, il n’y a pas de soucis, c’est calme. Au contraire j’aime y venir pour la solidarité qui est dans ce quartier, pour l’ambiance. »

Un commerçant : « Le commerce c’est pas ça, ce matin on arrive tout juste à faire 50 euros, alors que nous payons 1200 euros de loyers mensuels à la Béarnaise Habitat (2 locaux = 2 X 600 euros). Il y a un problème de pouvoir d’achat pour les habitants du quartier, avec en plus la hausse de la CSG pour les retraités. Les charges augmentent cela devient difficile L’insécurité ? Je laisse des affaires dehors et il n’y a jamais eu de vols, ou de dégradations. »

« Pour la police, ils passent plusieurs fois par jour dans le quartier. C’est bien mais il faut éviter les tensions. Quand ils passent trop souvent, en ciblant les mêmes jeunes, cela provoque des tensions. »

« Le vendredi, à 13 H, il y a 1000 croyants qui se rendent à la Mosquée pour la prière. Comme il n’y a pas d’aménagements autour de la Mosquée, de parkings suffisants, des automobilistes se garent sur les trottoirs. On ne peut pas faire autrement. La police municipale vient systématiquement et nous verbalise tous les vendredis durant le temps de prière. 35 euros pour stationnement gênants, c’est pas normal. »

Une personne me demande s’il y a un projet pour raser le centre commercial actuel et en construire un nouveau. Je lui indique que je sais pas. « Vous ne savez pas alors que vous êtes élu ? Allez voir là-bas , il y a des géomètres qui travaillent ». Je vais à leur rencontre. Les deux agents de la ville me disent qu’ils font des relevés mais sans avoir d’autres précisions. Existe-t-il un projet de construction d’un centre commercial à la place de l’ancienne école Marcel Pagnol ? Je poserai la question lors d’un prochain conseil municipal. Comme à chaque fois, il faut dépenser pas mal d’énergie pour avoir des informations. Pourquoi ne pas dire les choses et les discuter en toute transparence avec les principaux concernés : en l’occurence, les commerçants et les habitants.

Une maman : « Une autre police ? Ils feraient mieux de faire un parc pour les enfants à la place du lac. Ce lac est nul, ça pue, il y a de la vase, les barrières ne sont pas repeintes et il y a de la rouille à certains endroits, ça bouge. L’été, entre l’odeur de l’eau qui stagne, la vase et les moustiques c’est infernal. Nous avons peur à cause du risque de noyades pour les plus petits. »

« La rénovation a été bien au début, mais finalement, ça n’a pas résolu les problèmes de chômage des jeunes, alors qu’on leur a promis du boulot. Plus rien n’est entretenu, l’intérieur des appartements ne l’est pas non plus. »

« Le quartier ici est redevenu calme depuis quelques années, quand je pense que j’ai de la famille à la cité Monclar à Avignon, qui est un quartier plus que chaud , alors qu’ici c’est peinard , et là-bas, ils n’y mettent pas ce genre de police , c’est hallucinant. »

« Il n’y a plus rien, plus de piscine, plus de stade, plus de MJC, beaucoup de jeunes n’ont pas de boulot, les associations souffrent , la rénovation urbaine n’a pas apporté ce qu’il aurait fallu et ce qu’on nous a promis. Le seul point positif a été l’isolation thermique. »

« Chez moi, il y a des infiltrations d’eau, la Béarnaise Habitat s’en fiche, je suis habitante du quartier depuis très longtemps, la ville nous a promis du boulot pour les jeunes et ils n’ont rien fait du tout. »

« Bravo pour la lutte d’Isabe à Saragosse. Ici, on nous oublie un peu non ? »….

About Author

Connect with Me:

Leave a Reply