La grande consultation citoyenne pour 2017

Dans le prolongement du billet précédent, qui présentait la grande consultation citoyenne que le PCF va animer sur l’ensemble du territoire d’ici la fin de l’été, voici ce que nous proposons pour l’élection présidentielle. « L’idée se répand selon laquelle il n’y aurait rien à attendre de 2017. Nous refusons résolument cette fatalité. C’est pourquoi nous n’avons pas fermé la porte au processus de primaire de gauche. Cette démarche a ouvert le débat à gauche. Dès les premiers mois du quinquennat, nous n’avons eu de cesse de réclamer l’ouverture d’un vrai débat. C’est plus que jamais une urgence. Nous voulons l’ouvrir dès aujourd’hui avec notre peuple. La démarche des primaires peut contribuer à la faire grandir. Raison de plus pour l’investir, avec nos propositions, et le faire progresser en le rendant populaire. Il peut être un moyen utile à ce que nous voulons : écarter l’impasse Hollande, Valls et consorts par l’émergence d’une autre voie à gauche, que nous voulons rendre incontournable. La réussite de ce processus passe par une démarche réellement collective, populaire et citoyenne.

Le PCF est prêt à s’y engager.

Nous voulons qu’il réussisse pour faire émerger, pour l’élection présidentielle, une candidature commune qui bouscule la donne, qui relance une gauche de rupture avec la politique suivie depuis 2012, de rupture avec l’austérité et les recettes libérales. Et une gauche qui crée la surprise et gagne.

Nous proposons dans un premier temps l’élaboration citoyenne d’une plate- forme commune qui soit le socle d’entrée de la primaire pour les candidates et les candidats comme pour les électrices et électeurs.

Il s’agit pour nous d’assurer à cette primaire son caractère de gauche et écologiste. Nous proposons que ce cadre politique porte autour de 4 grands axes structurants :

– L’Europe :

C’est quoi être de gauche face aux enjeux européens ? Au moment où se négocient des traités comme le TAFTA, ou des traités sont mis en cause et doivent être renégociés comme l’espace Schengen, la pacte de stabilité, le TSCG, ainsi que la politique commune agricole, la politique de défense, la politique migratoire, la politique monétaire et le rôle de la BCE , les candidat-e- s à la primaire doivent annoncer leurs propositions pour rompre avec l’austérité et engager l’Union européenne dans une nouvelle voie de progrès social .

Le pouvoir sur l’argent :

Être de gauche et écologiste n’est-ce pas se battre contre la dictature des marchés financiers et conquérir les pouvoirs citoyens sur l’argent au moment où une crise systémique est à l’œuvre, où les inégalités en France comme dans le monde sont de plus en plus criantes ? Qu’est-ce qu’une politique de gauche et écologique ? Pour la jeunesse, les femmes, les hommes, quelles politiques de réponse aux besoins vitaux : énergie, alimentation, eau, transport, santé, vieillissement ? Quelles politiques énergétiques ? Quelles politiques alimentaires ? Quelles réformes de la fiscalité mettre en place ? Selon quels principes ? Comment réorienter l’euro, les banques, le crédit pour les collectivités locales, les entreprises, les particuliers pour l’emploi et l’efficacité sociale ? Face à l’urgence environnementale, comment inventer une nouvelle économie plus solidaire, sociale et écologiste ?

– Démocratie politique et sociale :

C’est quoi être de gauche face à la crise de régime ? Devenir président-e de République c’est accéder au pouvoir institutionnel : quelles mesures seront réellement prises pour changer la Constitution ?

Comment le/la président-e de la République respectera ses engagements alors que depuis 1981, chaque président a reporté le droit de vote aux étrangers, et refuse de faire appliquer la proportionnelle ? Comment garantir aux citoyen-ne-s dans leurs lieux de vies et aux salarié-e-s sur leur lieu de travail plus de droits démocratiques, l’égalité entre les femmes et les hommes ?

– Changer la vie :

Et être de gauche pour changer la vie ? Manger à sa faim, se soigner, avoir un logement, un travail bien rémunéré, permettre à ses enfants d’accéder à une bonne éducation, vivre en sûreté et sécurité, semblent des objectifs simples, et pourtant… La situation s’est dégradée pour la très grande majorité des habitants de notre pays. Nos enfants vivront plus mal que leurs parents si rien n’est fait. Face à la casse de l’emploi, à la révolution numérique, un autre mode de sécurité sociale doit pouvoir s’inventer assurant dans une continuité de revenus et de droits, et sans passage par le chômage, une alternance entre emploi et formation, pour un nouvel emploi correctement rémunéré, durant toute la vie active, à chaque individu. Le triptyque républicain : Liberté-Égalité- Fraternité doit être réaffirmé dans les mots et dans les actes. Les candidat-e-s donneront leurs visions, leurs propositions et indiqueront leurs chantiers prioritaires.

Les candidats acceptant ce mandat populaire, débattraient publiquement en exposant leurs propositions pour le mettre en œuvre. Le choix des citoyens se porterait alors sur le candidat le mieux à même selon eux, par ses engagements, de réaliser ce mandat populaire. Dans ce cadre, le PCF pourrait alors présenter ou soutenir un-e candidat-e. Les communistes auront à le décider souverainement dans le cadre d’une consultation. De bout en bout, ce processus est celui du débat et d’un choix d’idées et de contenus et jamais un simple casting. Tout ce qui nourrirait le présidentialisme condamne à l’échec.

Nous ne voulons pas d’une bataille de personnes qui divise, nous voulons un débat d’idées qui unit.

Nous formulons ces propositions pour la réussite du processus de primaires de gauche et redonner espoir au pays.

Nous voulons que le maximum de celles et ceux qui souhaitent une candidature de gauche, en rupture avec ce qui a été fait depuis 2012, s’investissent dans ce processus collectif. Nous appelons l’ensemble des forces du Front de gauche à s’y engager. Notre action commune constitue un gage de réussite. Jean-Luc Mélenchon propose sa candidature. Nous souhaitons que la dynamique que nous engageons le conduise à s’inscrire dans un cadre collectif sans lequel une candidature en rupture avec l’austérité et le libéralisme, n’a aucune chance de succès.

Cette démarche que nous voulons impulser, les objectifs de rassemblement gagnant de toutes les forces de gauche et citoyennes que nous visons, participent à la construction d’une alternative à une candidature qui se fixerait l’objectif de poursuivre ce qui a été fait par le président de la République et le gouvernement depuis 2012.

Les communistes mesurent l’ampleur des efforts à accomplir : il s’agit en quelques mois de remobiliser dans une démarche nouvelle des millions de femmes et d’hommes aujourd’hui mis hors-jeu par la politique du président de la République et du gouvernement. Mais cet objectif est à la hauteur des enjeux. La société française va être secouée par des changements considérables. Tous les ingrédients d’une nouvelle crise financière, de plus grande ampleur encore que celle de 2008, sont en place et les économistes prédisent son déclenchement dans les trois années qui viennent. La crise climatique est un défi majeur auquel nous sommes aujourd’hui confrontés. Le travail, l’emploi sont secoués par la révolution numérique. Le danger terroriste est prégnant, nourri par les interventions armées extérieures et les déchirements de notre société. La souffrance démocratique exige une nouvelle ère de nos institutions. Ces défis appellent des solutions à contre-pied des logiques libérales et capitalistes.

Pour les communistes, 2017 ne peut pas être la reproduction des élections présidentielles précédentes. Et il s’agit dans les législatives de construire une majorité nouvelle pour mettre en œuvre une politique solidement ancrée à gauche. Et pour la présidentielle aboutir au choix citoyen d’une candidature capable de gagner, de porter un mandat populaire pour relever les défis auxquels la France, l’Europe et le monde sont confrontés. »

About Author

Connect with Me:

Laissez un commentaire