Le choix de la démocratie avant celui du candidat.

En ouverture de la restitution de notre grande consultation « Que demande le peuple ?», samedi 8 octobre, avec « L’émission » qui a connu un beau succès sur internet et les réseaux sociaux, François Miquet-Marty ( Viavoice) a planté le décor. « Merci au PCF pour cette consultation, ce sont des gens qui parlent, et elle parle de la vie des gens ». Puis, il dit combien sont grandes les déceptions, les humiliations. Combien s’exprime l’envie de parler vraiment, de parler à d’autres. Cela, nous l’avons en effet mesuré au cours des derniers mois dans le cadre des échanges avec le questionnaire « Que demande le peuple ?».

olivier dartigolles
J’ai parfois lu des commentaires interrogatifs, acides, ou même moqueurs, agressifs, sur cette initiative animée par les militantes et les militants communistes.

« Mais pourquoi faire cela ? Pour gagner du temps ? Pour ne pas choisir un candidat à la présidentielle ? Mais on sait très bien ce que demande le peuple ». J’ai même lu que cela « était une catastrophe, comment cela va se solder » avec l’idée que le PCF en porterait la responsabilité. …Pour solde de tout compte, la restitution fait une démonstration : il existe bel et bien un socle d’aspiration et de valeurs partagées, des attentes de gauche pour un changement de gauche.

La démocratie n’est jamais un chemin catastrophique, bien au contraire, elle est la route la mieux balisée, le plus assurée, pour faire face à la complexité, aux contradictions, aux immenses potentiels de rassemblement pour un sursaut de gauche. C’est le paysage actuel qui mène tout droit à la catastrophe avec une victoire conjuguée d’une droite extrémisée, revancharde, et d’une extrême-droite qui n’est plus en embuscade, qui se prépare à être la principale opposition suite au chaos à gauche, en attendant son heure.

14523078_975703405872010_7790763870435556530_n

Comme l’a observé Pierre Laurent, à l’issue de cette restitution, et avant d’annoncer de nouvelles initiatives et de nouveaux rendez-vous, « tout le monde parle de démocratie mais personne ne le fait ». Le PCF samedi est entré en campagne pour l’élection présidentielle et les élections législatives. Pour la protection de tous et pour l’égalité. Avec la majorité de progrès qui existe dans notre pays. Pourquoi ce qui socialement converge, nous l’avons mesuré avec les mobilisations contre la loi El Khomri, ne trouverait pas, sans attendre, une traduction et une représentation politique pour 2017 ? Nous proposons donc une grande pétition nationale pour faire grandir cette espérance et qu’elle devienne l’exigence du plus grand nombre. 80 % des personnes interrogées ne veulent pas du même casting qu’un 2012. Ils veulent d’abord le débat, d’abord le projet, pas le candidat. Bien évidemment, on fera le choix d’un candidat pour l’élection présidentielle mais à partir d’un projet commun. Le PCF samedi a apporté sa contribution en mettant sur la table 7 grands axes. J’y reviendrai dans un prochain billet.

img_3241

La situation politique peut-elle encore bouger ? Comment s’y prendre ? En entrant en campagne par la démocratie ! Je vois bien que cela peut surprendre ou même agacer. La Ve République, le présidentialisme, la personnalisation à outrance du débat politique font des ravages. J’ai lu les articles et les commentaires sur le thème, « Le PCF en campagne mais sans candidat ». Il est vrai que sur ce créneau nous ne sommes pas trop concurrencés ! C’est bien là le problème car le peuple de gauche est triste et très préoccupé par ce tableau de la division, du chacun pour soi, d’une course à l’échalote, de cette incapacité à se retrouver sur l’essentiel. Plus les échéances électorales de 2017 approcheront, plus l’exigence de rassemblement et d’unité à gauche grandira dans le pays, dans des pans entiers de la société, du monde du travail, de la jeunesse, pour dire « arrêtez les conneries, ne nous donner pas la droite et le FN pour les années qui viennent ». Oh oui, comme cela a été répété samedi, on vaut mieux que cela.

Un PCF sans candidat aujourd’hui ? C’est plus qu’une originalité, c’est d’abord et avant tout une détermination à ne jamais accepter le désastre, à saisir toutes les occasions et les opportunités qui se présenteront, jusqu’au bout, même en ayant fait le choix d’une candidature. Car enfin, de quoi est-il question ? Il en va de l’avenir de notre pays, de notre société, d’un horizon où nous pourrons toujours inscrire des conquêtes démocratiques et sociales, des rêves et un processus permettant de les traduire dans le réel. Ou pas….Cela se joue maintenant.

About Author

Connect with Me:

Laissez un commentaire