Banque de France à Pau : les menaces se précisent, l’agenda s’accélère.

Suite à une rencontre avec les délégués du personnel de la Banque de France de Pau, j’étais intervenu le 9 février dernier, lors d’une séance du conseil communautaire, pour alerter sur les conséquences d’une réorganisation territoriale menaçant directement la succursale paloise dans son activité de traitement du surendettement.

Le calendrier s’accélère. Lundi prochain, le Comité d’entreprise se réunira à Bordeaux avec, à l’ordre du jour, le projet de transformation des implantations Banque de France dans notre région.

Je le redis ici : si les dossiers de surendettement de Pau et Bayonne sont traités à l’avenir à Bordeaux, cela serait une nouvelle détérioration du service public local. Pour les usagers, qui doivent déjà faire face à une situation très difficile, le fait de ne plus avoir un contact direct et humain avec le gestionnaire suivant leur dossier de surendettement, serait une catastrophe. Il ne resterait que trois agents à la succursale de Pau pour les informer des problèmes de fichier, d’infobanque, de droit au compte ou de surendettement. Jusqu’à quand puisqu’elles n’auront plus de travail sur dossiers à réaliser. La finalité, nous la connaissons. Ce sont des plateformes téléphoniques. C’est l’enfer décrit par Ken Loach dans son film  » Moi, Daniel Blake ».

J’apporterai mon soutien lundi aux salariés de la Banque de France de Pau qui seront en grève. J’attends aussi une réponse à mon courrier à François Bayrou, qui, lors du conseil communautaire du 9 février, avait précisé qu’il avait des liens personnels avec le Gouverneur de la Banque de France. Nous sommes très contents de l’apprendre. Et après….

Si nous perdons l’activité de traitement du surendettement, il ne faut pas se faire d’illusions, c’est la succursale paloise qui, à terme, fermera. Avec des conséquences lourdes en terme d’emploi, de service public, d’activité pour le centre ville.

About Author

Connect with Me:

Laissez un commentaire