olivier

« Accusations extrêmement graves de collusion entre des personnalités politiques et le Qatar ».

Dans un livre-enquête « Nos très chers émirs », Georges Malbrunot et Christian Chesnot lancent des accusations extrêmement graves de collusion politico-financières à l’encontre de Jean-Marie Le Guen, Secrétaire d’État chargé des relations avec le Parlement, ainsi que de plusieurs personnalités politiques socialistes, des Républicains et du Centre.

Contre rétributions financières, des accords et services politiques en tous genres se seraient noués afin de servir les intérêts du Qatar. Ces faits, s’ils étaient avérés, seraient gravissimes et relèveraient des tribunaux.

Face à la gravité des accusations, nous demandons que la justice soit saisie au plus vite.

S’attaquer au centre d’hébergement des SDF dans le 16eme est une ignominie

Ce matin, le centre d’hébergement du 16e arrondissement de Paris a été la cible d’une tentative d’incendie criminel heureusement maîtrisée par les secours qui ont découvert la présence de liquide inflammable sur place. S’attaquer à une structure qui a pour objet de protéger les sans domicile et les plus fragiles est une ignominie. Comment la droite locale, emmenée par le maire de l’arrondissement Claude Goasguen, peut-elle encore se regarder dans un miroir après avoir participé à un tel déchainement de haine contre le nouveau centre qui ouvrira le 5 novembre.


Le PCF apporte tout son soutien à l’action de la mairie de Paris menée par Ian Brossat et demande que le ministère de l’Intérieur prenne toutes les dispositions pour qu’un tel acte ne se reproduise pas.

Le cadre et le programme pour 2017.

Dans le journal l‘Humanité du 13 octobre, j’ai lu l’interview de Charlotte Girard, responsable du programme de la France insoumise. A la question, « Certains de ceux qui appellent à soutenir Jean-Luc Mélenchon estiment qu’il faut revoir le cadre de la France insoumise, cela est-il envisageable ? », Charlotte Girard répond « non, je ne crois pas ». Drôle de manière de réagir à l’interpellation récente des militantes et militants signataires de l’appel « En 2017, faisons front commun ». Elle s’en explique « nous sommes un outil mis à la disposition du plus grand nombre…cet espace était vacant de toute façon et il a été complètement occupé…il n’y a aucune raison que la porte soit fermée, ce qu’on peut faire, c’est accueillir toujours plus d’insoumis…mais effectivement, la matrice est celle de l’insoumission ».

Cette question doit être discutée. Pierre Laurent vient de proposer une rencontre à Jean-Luc Mélenchon. La France insoumise peut bien évidemment construire sa démarche propre et son projet, comme le Parti communiste, suite à son dernier Congrès, travaille au rassemblement de toutes les forces de gauche et écologiques qui s’opposent au libéralisme et à l’austérité. Ce n’est pas cela qui est en jeu. Comment la France insoumise envisage-telle de discuter, de travailler avec des forces qui ne se reconnaissent pas dans ce cadre ? La réponse ne peut pas être : en devenant des insoumis. Cela ne sera pas possible pour le PCF, pour des soutiens à la candidature de JLM, pour d’autres composantes du Front de gauche – qui était un cadre accepté par tous-, pour des forces écologiques, socialistes, citoyennes, pour des acteurs du mouvement social et associatifs, des intellectuels. Discutons-en dans les prochains jours.

Idem pour le programme. Dans une dépêche AFP annonçant la convention de ce we de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon réagit à l’initiative nationale de restitution de la consultation citoyenne « Que demande le peuple » en ces termes : « Sept axes qui sont à un niveau de généralité, on ne gouverne pas avec ça! Il faut un programme sérieux, il faut qu’il soit chiffré, il faut qu’il soit organisé ». Peut-on balayer le travail réalisé par les militantes et militants communistes d’un revers de main ? Je ne le crois pas car les attentes qui se sont exprimées, les grands axes de projet et les mesures concrètes que nous avons élaborés pour y répondre sont un atout pour toutes les forces de la gauche d’alternative ( l’ensemble des résultats est en ligne sur le site www.pcf.fr ) Sans parler du remarquable travail réalisé par nos groupes parlementaires.

Prenons l’axe « Investir Demain ». Quels sont nos propositions ? Nous voulons abroger la loi travail et adopter une loi qui sécurise l’emploi et la formation. Une première version de la proposition de loi est déjà écrite. Jean-Luc Mélenchon conviendra qu’on ne peut faire plus précis. Nous voulons réduire à 32h le temps de travail et rétablir la retraite à 60 ans, un statut social pour la jeunesse, lancer un plan de pré-recrutement de personnels dans l’Éducation nationale sous statut de la fonction publique ou encore consacrer 1 % du PIB à la culture en 5 ans. Voilà qui est chiffré.

Quelles mesures pour prendre le pouvoir sur la finance ? Tout commence par là pour nous donner les moyens de notre politique. Un pôle public bancaire autour de la CDC, de la BPI, de la Banque postale, des banques mutualistes avec la nationalisation de la BNP Paribas et de la Société générale. Ou encore l’organisation d’une conférence annuelle de revalorisation des salaires et des qualifications et l’augmentation immédiate des bas salaires, + 20% pour le SMIC et augmentation en conséquence des salaires de chaque premier niveau des grilles de classification des différentes branches, dans le privé comme dans le public.

Nous proposons de la placer la BCE sous contrôle démocratique, de créer un fonds de développement économique, social et environnemental européen pour financer les projets de services publics créateurs d’emploi de qualité ou encore la mise en place d’une taxe européenne sur les transactions financières qui rapportera 36 milliards d’euros par an. Nous serons le samedi 22 octobre devant les Apple store pour rappeler qu’Apple est le champion de la fraude fiscale, ne payant que 0,005 % d’impôts en France. Le livre des frères Bocquet,  » Sans domicile fisc » (Cherche Midi) est une mine d’informations et de propositions concrètes sur cette question. Son succès montre aussi combien des fronts très larges peuvent se former, dès à présent, sur des batailles politiques essentielles.

Et bien d’autres choses. Nous sommes disponibles pour en discuter.

Une victoire conjuguée de la droite et de l’extrême-droite au printemps prochain ne serait pas une alternance banale. Plus l’échéance va approcher, plus des millions de personnes vont en prendre conscience. Jamais le PCF ne prendra la responsabilisé de banaliser une telle perspective, c’est pourquoi nous proposons de tout faire pour rassembler les forces de progrès autour d’un projet commun, et de reconstruire une unité à gauche sur l’essentiel.

Un président ne devrait pas….

Tempête médiatique avec la publication du livre de Gérard Davet et Fabrice Lhomme consacré à François Hollande.

Pour aller droit au but – cela n’est en rien un dribble pour attirer l’attention sur les propos peu amènes de F.Hollande sur l’équipe de France -, celui qui est passé de Solférino à l’Elysée est en proie à une véritable addiction aux journalistes. C’était vrai avant, la fonction présidentielle n’a rien changé dans ce registre. Pire, il semblerait qu’on frise l’overdose. F.Hollande est accro. Pour ce livre, sans parler des autres, cela se traduit donc par 61 rendez-vous dont des dîners privés au domicile d’un des journalistes.

Les derniers soutiens à ce président récidiviste font vraiment de leur mieux (1). Mais on sent bien que le cœur n’y est pas, n’y est plus. Il est vrai que les extraits publiés dans la presse sont affligeants et consternants pour F.Hollande dans un moment où il tente, sans y parvenir, dans un long entretien dans l’Obs de récuser un procès en trahison.

Plus sérieusement, car il y a aussi beaucoup de vacuité et de grotesque dans tout cela, la question qui est posée est celle de notre vie démocratique, de nos institutions, de la Veme République, du présidentialisme, d’un homme élu en 2012 et qui a pu n’en faire qu’a sa tête, de la non renégociation du traité budgétaire européen, dès son installation, à cette fin de quinquennat où l’exercice auquel il se livre ne peut qu’alimenter le dégoût de la politique.

Un président ne devrait pas….être élu de cette manière, agir ainsi, mépriser le Parlement et les partenaires sociaux, faire une politique dont on ne trouve trace dans ses engagements ( pacte de responsabilité, CICE), dire de la justice qu’elle est une « institution de la lâcheté » ou que le CPE de Villepin « ce n’était pas absurde »…

Et puis enfin, ce qui est insupportable, c’est ce ton chichiteux, ce lamento permanent sur la dureté de la tâche. Cela n’est-il pas obscène par rapport aux millions de femmes et d’hommes qui sont véritablement confrontés à la pénibilité au travail, à la précarité, aux journées qui habitent les corps et les âmes ? Lui président, ils n’oublieront pas.

F.Hollande ne peut raisonnablement pas être candidat en 2017.

(1) Comme Frédérique Espagnac déclarant sur un plateau TV que le président a « découvert » ce livre…après plus de 200 heures d’entretien avec les auteurs.

« Plus on s’approchera de l’échéance plus l’exigence du rassemblement sur l’essentiel se fera entendre. Pas pour 2022, pour l’année prochaine »

Intervention d’ Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF, lors de l’émission #QueDemandeLePeuple, le samedi 8 octobre 2016.

Malgré les résultats de cette enquête, on ne peut pas ignorer que le rejet des politiques existe. Comment convaincre que le politique doit et peut servir à quelque chose ? Comment faire changer cette perception ?

Olivier Dartigolles : le rejet de la politique, on y a été confronté quand les militantes et les militants communistes ont animé cette grande consultation. La politique peut provoquer du dégoût, de la colère. Elle peut être dégoûtante d’ailleurs quand des millions de gens voient dans le traitement médiatique qu’il n’est pas question de leurs préoccupations, de leurs attentes, de leurs espérances.

C’est vrai que, comme disait tout à l’heure François Miquet-Marty, ils poussent (les gens) un cri. Et ce cri, élection après élection, il n’est pas entendu.

Mais quand on leur demande, avec les questionnaires,  vous attendez quoi de la politique ? Ils nous disent : « plus rien » ou alors « pas grand-chose ». Et ce sont les mêmes, qui, après avoir rempli le questionnaire, nous disent « merci ». On nous a beaucoup dit merci. Ils nous disent : « bon courage, continuez ». Il y a beaucoup de contradictions, de complexités.

Ce qui est sûr, c’est qu’il y a des ressources considérables dans notre pays. Un sondage publié dans l’humanité avant la fête de l’humanité le montrait. Des ressources considérables, populaires, citoyennes, démocratiques, sociales. Des ressources qui ne se retrouvent pas dans le récit qu’on leur donne des futures échéances. 

Ils disent, « on ne veut pas de cela », et donc la grande question politique de la période à venir, c’est la question d’un espoir pour un changement de gauche le plus rapidement possible. Alors ça doit se travailler. Quel est le prolongement politique à la grande mobilisation contre la loi travail, c’est une grande question pour des millions de gens.

Je pense qu’il y a la possibilité, c’est en tout cas la décision du Parti communiste Français, de faire en sorte que la France que nous présentons ici se rassemble. Une France qui est fraternelle, belle solidaire. Ce n’est pas la France des gaulois de Sarkozy, ça va quoi ! Il faut qu’elle fasse (cette France) irruption dans les questions politiques des semaines et des mois qui viennent. 

La décision du Parti communiste Français, c’est cette feuille de route.

Voilà de quoi nous voulons parler, et nous que disons aussi – c’est la meilleure façon de répondre à la crise de la politique –  : ne pensez pas qu’avec la Ve République telle qu’elle est,  que le fait d’envoyer un homme, plus rarement on parle de femme, à l’Élysée permettra le changement. C’est vous qui devez être porteur, c’est vous les experts du quotidien, c’est vous qui avez les solutions. Il faut donc prendre en main l’avenir du pays, bien sûr pour le débat présidentiel mais aussi, prioritairement, pour les élections législatives. De quels députés de gauche avons-nous besoin à l’échelle de nos territoires ? 

Donc il y a des ressources considérables qui ne veulent pas livrer la France à un second tour droite / Front national.

Je veux terminer sur cette idée. Plus on s’approchera de l’échéance plus l’exigence du rassemblement sur l’essentiel se fera entendre. Pas pour 2022, pour l’année prochaine. Et c’est de notre responsabilité politique, au Parti communiste français, et au-delà avec toutes celles et ceux qui peuvent en être, de créer ce rassemblement et cette unité sur l’essentiel. 

Le Front national prétend défendre les ouvriers, vous faites quoi ? (question internet via twitter).

Olivier Dartigolles : parlez-en aux responsables du secours populaires français, ils doivent avoir une idée ! (applaudissement dans la salle).

Il faut regarder de près les politiques menées par les élus du Front national dans les collectivités territoriales, les conseils régionaux. J’ai vu que Valeurs Actuelles fêtait ses 50 ans. Voyez chez celles et ceux qui ont participé à cet anniversaire, la collusion idéologique entre la droite et l’extrême droite.

Il ne faudrait pas que la vie politique nous amène dans une France gouvernée par les « Républicains », avec le Front national qui apparaîtrait comme le parti d’opposition face aux politiques menées.

La meilleure manière de les combattre, c’est de les débusquer. De faire des campagnes de vérité sur ce qu’ils sont, sur ce qu’ils préparent comme politique.

Ce n’est pas comme en 2002, nous sommes avertis, cela ne serait  pas un accident. La meilleure manière de débusquer le Front national, c’est de faire lever dans le pays une nouvelle espérance de gauche. 

Le choix de la démocratie avant celui du candidat.

En ouverture de la restitution de notre grande consultation « Que demande le peuple ?», samedi 8 octobre, avec « L’émission » qui a connu un beau succès sur internet et les réseaux sociaux, François Miquet-Marty ( Viavoice) a planté le décor. « Merci au PCF pour cette consultation, ce sont des gens qui parlent, et elle parle de la vie des gens ». Puis, il dit combien sont grandes les déceptions, les humiliations. Combien s’exprime l’envie de parler vraiment, de parler à d’autres. Cela, nous l’avons en effet mesuré au cours des derniers mois dans le cadre des échanges avec le questionnaire « Que demande le peuple ?».

olivier dartigolles
J’ai parfois lu des commentaires interrogatifs, acides, ou même moqueurs, agressifs, sur cette initiative animée par les militantes et les militants communistes.

« Mais pourquoi faire cela ? Pour gagner du temps ? Pour ne pas choisir un candidat à la présidentielle ? Mais on sait très bien ce que demande le peuple ». J’ai même lu que cela « était une catastrophe, comment cela va se solder » avec l’idée que le PCF en porterait la responsabilité. …Pour solde de tout compte, la restitution fait une démonstration : il existe bel et bien un socle d’aspiration et de valeurs partagées, des attentes de gauche pour un changement de gauche.

La démocratie n’est jamais un chemin catastrophique, bien au contraire, elle est la route la mieux balisée, le plus assurée, pour faire face à la complexité, aux contradictions, aux immenses potentiels de rassemblement pour un sursaut de gauche. C’est le paysage actuel qui mène tout droit à la catastrophe avec une victoire conjuguée d’une droite extrémisée, revancharde, et d’une extrême-droite qui n’est plus en embuscade, qui se prépare à être la principale opposition suite au chaos à gauche, en attendant son heure.

14523078_975703405872010_7790763870435556530_n

Comme l’a observé Pierre Laurent, à l’issue de cette restitution, et avant d’annoncer de nouvelles initiatives et de nouveaux rendez-vous, « tout le monde parle de démocratie mais personne ne le fait ». Le PCF samedi est entré en campagne pour l’élection présidentielle et les élections législatives. Pour la protection de tous et pour l’égalité. Avec la majorité de progrès qui existe dans notre pays. Pourquoi ce qui socialement converge, nous l’avons mesuré avec les mobilisations contre la loi El Khomri, ne trouverait pas, sans attendre, une traduction et une représentation politique pour 2017 ? Nous proposons donc une grande pétition nationale pour faire grandir cette espérance et qu’elle devienne l’exigence du plus grand nombre. 80 % des personnes interrogées ne veulent pas du même casting qu’un 2012. Ils veulent d’abord le débat, d’abord le projet, pas le candidat. Bien évidemment, on fera le choix d’un candidat pour l’élection présidentielle mais à partir d’un projet commun. Le PCF samedi a apporté sa contribution en mettant sur la table 7 grands axes. J’y reviendrai dans un prochain billet.

img_3241

La situation politique peut-elle encore bouger ? Comment s’y prendre ? En entrant en campagne par la démocratie ! Je vois bien que cela peut surprendre ou même agacer. La Ve République, le présidentialisme, la personnalisation à outrance du débat politique font des ravages. J’ai lu les articles et les commentaires sur le thème, « Le PCF en campagne mais sans candidat ». Il est vrai que sur ce créneau nous ne sommes pas trop concurrencés ! C’est bien là le problème car le peuple de gauche est triste et très préoccupé par ce tableau de la division, du chacun pour soi, d’une course à l’échalote, de cette incapacité à se retrouver sur l’essentiel. Plus les échéances électorales de 2017 approcheront, plus l’exigence de rassemblement et d’unité à gauche grandira dans le pays, dans des pans entiers de la société, du monde du travail, de la jeunesse, pour dire « arrêtez les conneries, ne nous donner pas la droite et le FN pour les années qui viennent ». Oh oui, comme cela a été répété samedi, on vaut mieux que cela.

Un PCF sans candidat aujourd’hui ? C’est plus qu’une originalité, c’est d’abord et avant tout une détermination à ne jamais accepter le désastre, à saisir toutes les occasions et les opportunités qui se présenteront, jusqu’au bout, même en ayant fait le choix d’une candidature. Car enfin, de quoi est-il question ? Il en va de l’avenir de notre pays, de notre société, d’un horizon où nous pourrons toujours inscrire des conquêtes démocratiques et sociales, des rêves et un processus permettant de les traduire dans le réel. Ou pas….Cela se joue maintenant.

Tapis rouge médiatique ce we pour Marine le Pen et ses sbires .

Tapis rouge médiatique ce we pour Marine le Pen et ses sbires .
Jusqu’à l’overdose. Quand, le we dernier, la Fête de l’humanité a été zappée ou traitée d’une manière politicienne et caricaturale. J’ai participé il y a quelques semaines à une réunion d’information au CSA au cours de laquelle il nous a été assuré que le traitement serait équilibré pour 2017…
Dès demain, on va donc saisir le CSA avec, comme grille d’observation, la manière dont les choses se sont passées ce we pour le FN et le we dernier pour la Fête de l’Huma. En finir avec de telles pratiques . Que les citoyens s’en mêlent, ne laissez plus faire.